Participation de la SOPFEU à l'atelier HIZ
Par Melanie Morin, agente à l'information

Agrandir [+]

 

 

 

 

Les 4 et 5 novembre dernier, des membres du service de l’information ont participé à l’atelier « Home Ignition Zone » qui se tenait à Scarborough dans le Maine. Le « Home Ignition Zone Workshop » est offert dans le cadre du programme américain « Firewise Communities ». Ce forum de deux jours porte principalement sur les facteurs de risques dans la zone d’ignition d’une propriété. Les autres sujets abordés incluent les éléments séquentiels d’un incendie de forêt en zone périurbaine, l’historique et le contexte des incendies de forêt catastrophiques en zones périurbaines ainsi que la façon de procéder à l’évaluation de la zone d’ignition d’une propriété. Le service de l’information évalue actuellement de quelle manière cette information pourrait aider à prévenir les incendies de forêt ainsi que la perte de biens au Québec.

Le concept du « Home Ignition Zone », c'est-à-dire la zone d’ignition d’une propriété, indique que ce n’est pas l’emplacement du bâtiment, mais sa facilité d’allumage qui détermine son risque d’inflammabilité. L’atelier présente aux participants les façons d’aménager une propriété pour augmenter sa résistance aux incendies forestiers. La zone d’ignition comprend tous les éléments à l’intérieur d’un rayon de 60 m du bâtiment.

Le contenu technique de cet atelier est basé sur des études menées par monsieur Jack Cohen, chercheur du USDA Forest Service à Missoula, Montana. En grandes lignes, ses expériences scientifiques ont démontré que :
· 
- un feu de cime dans un tel endroit dure que 50 secondes;
- les flammes d’un feu de cime touchant le mur d’une maison en bois s’éteignent quand l’intensité diminue;
-le mur d’une maison fabriquée en bois ne s’enflamme pas et ne noircit pas à plus de 20 m d’un incendie de forêt;
- les étincelles n’enflamment pas les murs d’une maison en bois;

- la chaleur radiante et les étincelles allument difficilement le recouvrement d’une maison en vinyle;
-quand le recouvrement en vinyle est la proie des flammes, le feu se propage rapidement;
- la chaleur radiante peut faire fondre le recouvrement en vinyle, permettant aux étincelles de s’attaquer au grenier;
- le bardeau d'asphalte ne s’allume pas.

M. Cohen concède que ses expériences ne correspondent pas à toutes les situations de feu. Des études de cas ont aussi été analysées pour mieux comprendre la vulnérabilité d’une propriété. Elles ont démontré qu’entre 86 à 95 % des maisons ayant un toit ininflammable, résistent aux incendies de forêt quand elles ont un coupe-feu de plus de neuf mètres. Les études ont aussi révélé que ce sont souvent les étincelles qui allument les bâtiments. Les étincelles peuvent s’attaquer aux bâtiments dans les heures précédant l’arrivée de l’incendie et dans les heures suivant son passage. La probabilité qu’un bâtiment soit enflammé par des étincelles est fonction du matériel de construction, de la conception et des éléments inflammables avoisinants.

À la fin de l’atelier, les participants sont encouragés à partager cette information avec les résidants, les municipalités et les agences de protection. Le but du « Home Ignition Zone » est la prévention. En procédant à quelques ajustements, les probabilités d’ignition d’une propriété peuvent être grandement réduites. Ainsi, ces modifications auront un impact non seulement sur les résidants et les communautés, mais également sur la suppression des incendies de forêt.


© Société de protection des forêts contre le feu