ÉCHANGES DE RESSOURCES : UN RAPIDE RETOUR D'ASCENSEUR
Par Robert Lemay, Val-d'Or

 

 

 

 

 

 

Quelques semaines à peine après que la SOPFEU eut bénéficié de ressources humaines et matérielles provenant de ses partenaires canadiens, ce fut au tour des travailleurs québécois d’aller prêter main-forte aux confrères de la Colombie-Britannique. Du 4 août au 20 août, 44 membres du personnel de la SOPFEU, provenant des quatre bases principales, se sont déployés dans le secteur de William Lake situé à environ 200 kilomètres au nord de Kamloops. À ce moment, plusieurs centaines d’incendies étaient actifs dans la province.

Les conditions climatiques étaient véritablement difficiles. La chaleur dépassait régulièrement les 30 °C et le vent soufflait en rafales. De plus, les indices de sécheresse étaient extrêmes partout. Comme c’est souvent le cas en région montagneuse, la température chute considérablement la nuit avoisinant même les 5 °C, ce qui s’est produit à quelques reprises. Il n’y a eu que deux jours de pluie durant le séjour du contingent du Québec. 

Malgré ces facteurs éprouvants, aucun incident ou accident n’est à signaler. Marc Larche, responsable de la délégation est fier de ce bilan. « Il y avait beaucoup de fumée ce qui rendait la visibilité presque nulle à certains moments. Chacun a bien respecté les directives de sécurité ». Il y a eu très peu de moments inactifs, car les pompiers forestiers québécois ont rapidement été mis à contribution et ils sont demeurés sur la ligne de feu jusqu’à leur départ.

En plus des effectifs humains, la Colombie-Britannique a reçu 170 ensembles de motopompes et 3 000 longueurs de tuyaux. Rappelons que le gouvernement du Québec et l’industrie forestière, membres de la SOPFEU, appuient pleinement ces efforts de coopération. 


© Société de protection des forêts contre le feu