UNE SAISON EN DENTS DE SCIE 
Par Robert Lemay, Val d'Or

Agrandir [+]

 

 

 

 

Malgré une situation de feux multiples en juin qui a demandé l’apport de ressources importantes, la saison 2009 s’inscrit tout de même comme étant parmi les moins actives. Le bilan final devrait montrer environ 260 incendies de moins que la moyenne des 10 dernières années avec cinq fois moins de superficies affectées. Les coûts d’extinction devraient également se situer sous la moyenne.

Somme toute, une saison en dents de scie qui débute avec du beau temps dans la partie sud de la province amenant son lot d’incendies causés par les différents brûlages exécutés par les résidants. Petite accalmie par la suite qui permet de répondre favorablement à une demande d’aide de l’Alberta, par l’envoi de trois avions-citernes et d’un aéropointeur.

À la mi-juin, quelques journées de forte chaleur ont suffi à rendre les forêts du Nord vulnérables. Des cellules orageuses avec peu de précipitations allument des incendies sur une grande portion du territoire située entre Matagami et le réservoir Manic-5.

 Au total, la foudre est responsable de 103 feux pour la période du 16 au 28 juin. Le 25 juin, nous atteignons une pointe avec 32 nouveaux brasiers et une charge de travail de 75 incendies, dont 5 sont hors contrôle.

Pour faire face à la situation, la SOPFEU fait appel à des ressources supplémentaires via les ententes d’entraide avec ses partenaires canadiens du CIFFC et américains du NFFPC. Une centaine de pompiers forestiers viennent en renfort. Deux avions-citernes et un aéropointeur contribuent également à la lutte. 

À partir de la fin juin, les précipitations régulières génèrent un haut taux d’humidité en forêt. À l’exception de courtes périodes, le danger d’incendie varie de bas à modéré. 

L’arrivée de l’automne ne devrait pas donner lieu à des situations particulièrement préoccupantes. Ce sera alors le moment de faire l’analyse d’une saison de protection inusitée, comme le furent plusieurs autres durant la dernière décennie, passant d’un extrême à l’autre en l’espace d’un hiver.


© Société de protection des forêts contre le feu